Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Gérard SANDIFORT, poète français

Les Mois De L'Année

8 Septembre 2014 , Rédigé par Gérard SANDIFORT, alias : Sandipoète Publié dans #Thème Acrostiches

Je regarde le froid en ce matin d'hiver.
Aucun bruit, rien, tout dort sous le tapis de neige,
Nul habitant dehors n'ose braver l'enfer,
Voici que les flocons recouvrent tous les pièges.
Il n'y a que le ciel dans son immensité, 
Et la blanche froideur toute la nuit tombée.
Rien d'autre à contempler que le manteau glacé.

Frileusement j'écoute la brise plaignante
Évidemment j'ajoute au feu des bouts de bois
Variant son bourdon le feu crépite et chante
Réveillant aussitôt ma soupe aux petits pois 
Il me faudrait encore quelques bûches rentrer
Et penser à couvrir les stères bien rangées
Rien n'apaise le froid si meurt la cheminée.

Maintenant le printemps qui tarde tant à naître
Asphyxie nos journées de brouillards vaporeux
Rien ne semble prévoir que pourrait apparaître
Sur le coup de midi le soleil chaleureux

Alors que la Nature lentement s'éveille
Versant les fines larmes des nuages gris
Ruminants des étables sortis du sommeil
Ivres de liberté vont au pré sous la pluie
La saison de douceur nous offre ses couleurs

Mêlées elles naissent, en palette éphémère
Aux prés elles paraissent tapisser la terre
Il est temps à nos fleurs, d'apaiser notre humeur.

Jardins, vergers, enclos, parcs et prés jubilent
Une exagération de fragrance aromal
Imprègne l'air ambiant d'un doux fumet subtil
Nuances de l'été aux fêtes bacchanales

Jaillissent des fourrés marcassins et doux faons
Utilisant les bois des épaisses forêts
Ils gambadent heureux aux lisières des champs
Les logements sont vides silence et vacuité
Les citadins joyeux partis pour un moment
En un long serpentin sur les routes bondées 
Tohu-bohu d'enfer aux gaz d'échappement

Avec Dame Nature laissons aller la joie
Oublions nos soucis il est temps de bronzer
Un mois par an le ciel ses rayons nous envoie
Tous à nos bikinis et maillots dénudés

Saison après saison l'an passe doucement
Et nous voilà déjà au premier mois d'automne
Premier mois de l'école la classe nous attend
Tremble la feuille au vent dans l'arbe qui frissonne
En retirant la buée des carreaux au-dedans 
Mon regard attiré au verger où les pommes
Brillent sur les pommiers pleins de fruits abondants
Reinette à chaire fine les tartes seront bonnes
Et les petits goûters chaque jour en rentrant

Octobre est pâle et pur avant les premiers froids.
Chaque plante s'adonne à son flétrissement
Tout va bientôt dormir, la nature aux abois
Offre à la fin d'été un dernier rougeoiement.
Bientôt le loriot quittera son chez-soi
Recherchant comme d'autres par déplacement
Echappant d'un exode à l'hiver qu'il perçoit

Novembre au vent de pluie tes feuilles dernières
Ont beau vouloir tenter de rester accrochées
Voilà qu'en un seul souffle Éole vocifère
Effeuillant les ramures des arbres dénudés.
Mièvrement assis avant le mois d'hiver
Brave mois où les tombes fleuries de pensées 
Raniment au souvenir des visions mortifères
Et rapprochent les âmes aux tous Saints rassemblés

Décembrale lumière en doux brouillard de fête
Émerveillant toujours pour la joie des enfants
Ce dernier de nos mois qu'en Noël on apprête
En habit de guirlande aux sapins triomphants
Me donne un sentiment de bon partage honnête
Bien heureux Père Noël aux êtres écrivant
Rapporte dans ton sac le cadeau qu'ils souhaitent
Et laisse les prier leur Jésus triomphant

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article